Colloque international : Diversité, vulnérabilité et le politique autrement

9, 10 et 11 octobre 2019
Université du Québec à Montréal Université du Québec à Rimouski

Salon orange, Université du Québec à Montréal, places limitées, inscription recommandée.

Organisation :  Bernard Gagnon (UQAR), Naïma Hamrouni (UQTR), Françoise Paradis Simpson (Université de Montréal), Dany Rondeau (UQAR) et Dominique Leydet (UQAM), en collaboration avec le CRIDAQ et ETHOS, l’équipe de recheche en éthique de l’Université du Québec à Rimouski, ainsi qu’avec le soutien du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Le programme, en version PDF, sera disponible sous peu.

 

Présentation

La diversité est devenue au cours des dernières décennies un leitmotiv de la pensée libérale progressiste. Son usage conceptuel a servi à redéfinir les conceptions traditionnelles des identités collectives dans le but de mieux tenir compte du pluralisme identitaire, culturel et religieux. Dans les théories politique et sociale, la diversité recherche une meilleure harmonisation des différences tout en favorisant des modèles d’aménagement multiculturels ou interculturels. Mais la diversité fait également figure de lieu commun parmi les leaders politiques et économiques qui lui attribuent une valeur positive en lien avec l’extension des valeurs de la mondialisation, du libre-échange et de l’ouverture des frontières politiques et culturelles.

Pour certains, l’usage de la vulnérabilité en théorie politique et sociale, issue des théories féministes et la pensée critique, constitue une réponse radicale et critique vis-à-vis de la diversité. La valorisation des différences portée par la théorie libérale et les élites politiques voilerait d’autres injustices associées aux questions de genre, de race, d’identité ou de statut social. L’aménagement de la diversité suggéré par les modèles libéraux tendrait à placer les groupes sociaux sous un même plan horizontal, et ainsi à cacher ou à sous-estimer les rapports de dépendance, d’exploitation ou de minorisation qui existent à l’intérieur de ces groupes ou entre eux. Pour ces défenseurs, la vulnérabilité permet de revisiter les divers enjeux soulevés par la diversité – la représentation des minorités, l’identité, les politiques migratoires – et de les recadrer à partir de nouvelles perspectives de justice sociale et d’égalité politique.

En marge de ce débat, l’on retrouve quelques travaux qui ont cherché des rapprochements entre les usages de la diversité et de la vulnérabilité (Fineman, Nussbaum, Mestiri, Okin). Ces deux concepts ont comme point de rencontre la complexité des relations humaines, même si l’un insiste sur les rapports de dépendance entre les individus et les groupes, alors que l’autre insiste sur les rapports culturels ou identitaires différenciés. Mais les liens sont perceptibles, si l’on considère que la culture, la religion, le genre introduisent également des rapports de dépendance entre les individus et les groupes. Chacun des concepts participe à sa manière à la révision des normes établies dans la recherche d’une société plus inclusive des différences ; même si l’un semble demeurer sur le terrain de la théorie libérale et l’autre dans celui de la théorie radicale.

Le colloque se veut un lieu de rencontre pour réfléchir aux entrecroisements possibles entre les concepts de diversité et de vulnérabilité. Leur usage combiné amorce-t-il les fondements d’un regard nouveau sur la pensée et les pratiques politiques et sociales ? L’objectif du colloque est de réunir des chercheurs (établis et émergents) dont les travaux, qu’ils combinent les deux concepts ou qu’ils s’inscrivent dans l’un ou l’autre, sont propices à un dialogue entre la diversité et la vulnérabilité.

Programme, 9 octobre 2019

13h30-13h40 : Mot de bienvenue

13h40-16h30 : Axe 1 –Les politiques de la diversité et de la vulnérabilité : conceptualisation et dialogue

13h40-14h00
Ernest-Marie Mbonda, Faculté de philosophie, Université catholique d’Afrique centrale
« Multiculturalisme et diversité ethnoculturelle : une approche par la vulnérabilité »

14h00-14h20
Bernard Gagnon, Département des lettres et humanité, Université du Québec à Rimouski« Reconnaissance et vulnérabilité : une antinomie ? »

14h20-14h40
Camille Roelens, Ph. D. en sciences de l’éducation et de la formation, École supérieure du professorat et de l’éducation, Académie de Lille, laboratoire RECIFES
« Le nouveau monde, entre vulnérabilité et diversité. Société des individus et autonomie structurelle chez Marcel Gauchet »

15h10-15h30     Pause

15h30-15h50
Marie Garrau, Département de philosophie, Université Paris 1
« Protection ou reconnaissance ? Des buts d’une politique de la vulnérabilité »

15h50-16h10
Jocelyn Maclure, Faculté de philosophie, Université Laval
« Diversité et vulnérabilité : pourquoi le libéralisme n’est pas le problème »

16h10-16h30     Période de questions

16h30   Lancement officiel du colloque

Programme, 10 octobre 2019

9h15-12h05 : Axe 2 – Penser le politique autrement

9h15-9h35
Sophie Cloutier, Faculté de philosophie, Université Saint-Paul
« La figure de l’étranger : cosmo-politique et hospitalité »

9h35-9h55
Estelle Ferrarese, Département de philosophie, Université de Picardie Jules Verne
« La vulnérabilité et le commun. Esquisse d’une relation politique »

9h55-10h15
Michel Seymour, Département de philosophie, Université de Montréal
« John Rawls contre le “choc des civilisations” »

10h15-10h45     Période de questions

10h45-11h05     Pause

11h05-11h25
Frédérick Amstrong, Ph. D. en philosophie, chargé de cours à l’Université de Montréal
« Vulnérabilité, capacité, risque et identités : contre les approches universalistes de la vulnérabilité »

11h25-11h45
Alain Loute, Centre d’éthique médicale, Université catholique de Lille
« Intervention éthique et vulnérabilité »

11h45-12h05     Période de questions

12h05-13h35     Dîner

13h35-16h55 : Axe 3 – Le rapport à l’autre : la vulnérabilité comme critique de la diversité

13h35-13h55
« La fonction épistémique de l’empathie dans les éthiques de justice et de vulnérabilité »
Dany Rondeau, Département des lettres et humanités, Université du Québec à Rimouski

13h55-14h15
Françoise Paradis-Simpson, postdoctorante, Faculté de philosophie, Université Laval
« Considérations sur l’agentivité : d’un état de fait aux pressions normatives de la vulnérabilité »

14h15-14h35
Rozenn Le Berre, Centre d’éthique médicale, Université Catholique de Lille
« Approches multiples de la maladie pour un récit commun : paroles de soignants en réseau de soins palliatifs »

14h35-15h05     Période de questions

15h05-15h25     Pause

15h25-15h45
Pascale Devette, Département de science politique, Université de Montréal
« Des vulnérabilités de l’attention et de l’écoute »

15h45-16h05
Leila Benhadjoudja, École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa
« Discours sur la diversité et les “politiques des bons sentiments” »

16h05-16h25
Abdelwahed Mekki-Berrada, Département d’anthropologie, Université Laval
« Un islam de diversité épistémologique et de sujets agissant.e.s »

16h25-16h55     Période de questions

Programme, 11 octobre 2019

10h30-12h00 : Atelier de la relève

10h30-10h50
Éloi Paradis-Deschênes, étudiant à la maîtrise, École d’études politiques, Université d’Ottawa
« Vulnérabilité et pouvoir d’agir. Agir contre et à partir de la précarité »

10h50-11h10
Camille Ranger et Laurie Gagnon-Bouchard, étudiantes à la maîtrise, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal
« Penser la diversité autrement : les possibles du dialogue et de l’écoute à partir de la vulnérabilité »

11h10-11h30
Cécile Gagnon, étudiante à la maîtrise, Faculté de philosophie, Université Laval
« Éthique globale du care, injustice structurelle et responsabilité collective : le cas des chaines mondiales de care »

11h30-12h00     Période de questions

12h00-13h30     Dîner

13h30-16h20 : Axe 4 – Considérations sur la société juste

13h30-13h50
Naïma Hamrouni, Département de philosophie et des arts, Université du Québec à Trois-Rivières
« Nourrir la vulnérabilité épistémique dans un contexte marqué par la fragilité blanche »

13h50-14h10
Stéphanie Mayer, postdoctorante, École d’études politique, Université d’Ottawa
« Transformer les rapports sociaux : repenser la prise en charge de la vulnérabilité à partir de l’intimité »

14h10-14h30
Soumaya Mestiri, Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis
« Penser la vulnérabilité autrement. Éléments pour un care décolonial »

14h30-15h00     Période de questions

15h00-15h20     Pause

15h20-15h40
Milena Doytcheva, Département de Philosophie, Université de Lille, Institut Convergences Migrations (Collège de France-CNRS)
« Une diversité “blanche” : paradoxes de l’institutionnalisation de la lutte contre les discriminations en France »

15h40-16h00
Daniel Weinstock, Faculté de droit, Université McGill
« Penser la vulnérabilité des majorités »

16h00-16h20     Période de questions

16h30-19h00 : Conférence-cocktail du Comité équité de la Société de philosophie du Québec. Présentation d’un sondage sur la parité et l’équité dans les départements de philosophie au Québec.

Observatoire des Diasporas

Observatoire des Diasporas

Bibliothèque virtuelle

Appels à communication

Abonnement infolettre

Bourses et concours

École d’été 2019

Suivez-nous:

CRIDAQ filigrane