La question religieuse et la Confédération : ontogenèse de la dualité nationale

Thériault, Joseph Yvon

Avec Jean-François Laniel

Résumé

Si du haut de notre modernité largement sécularisée il n’y a rien de mieux qu’un droit linguistique pour protéger une langue nationale, comme il n’y a rien de mieux qu’un État pour organiser une nationalité, peut-être semblait-il en être autrement au mitan du XIXe siècle, au carrefour du siècle des nationalités et du renouveau religieux ultramontain, alors que les droits linguistiques n’existaient pas encore. C’est à cette thèse que nous nous consacrerons dans ce texte, à savoir qu’au moment du pacte confédératif les droits religieux contenaient, englobaient les droits linguistiques, et que ceux-ci préfiguraient la dualité nationale. À cette fin, nous restituerons le contexte religio-politique de l’époque, au premier chef la conscience politique de l’Église-nation canadienne-française, dont la doctrine ultramontaine informe une certaine idée de la souveraineté de l’Église, du rôle des nations, et des fonctions dévolues à l’État et à la société civile, et ce, jusque dans la pensée nationaliste et ultramontaine d’Henri Bourrassa, théoricien de la dualité nationale.

 


Thériault, J-Y.,Laniel, J-F. (2017). « La question religieuse et la Confédération: ontogenèse de la dualité nationale », Études canadiennes/Canadian Studies, Revue interdisciplinaire des études canadiennes en France, no 83, p. 31-50.

Observatoire des Diasporas

Observatoire des Diasporas

Bibliothèque virtuelle

Appels à communication

Abonnement infolettre

Bourses et concours

École d’été 2019

Suivez-nous:

CRIDAQ filigrane