Faire société. Société civile et espace francophone

Joseph Yvon Thériault

Résumé

Dans, Faire société, Joseph Yvon Thériault: art43] poursuit son analyse des tribulations identitaires de l’Acadie et des francophonies minoritaires du Canada, analyse qu’il avait amorcée en 1995 dans L’identité à l’épreuve de la modernité (Prix France-Acadie).

Pour « faire société », une collectivité vise à se donner une autonomie institutionnelle aux plans linguistique, religieux, scolaire, littéraire et politique. C’est cette autonomie qui permet à un simple rassemblement d’individus d’accéder au statut de société, de nation historique. Le sens attribué au lien social est ainsi largement une création de ces institutions, et la nation naît de l’intention de faire société.

Cinquante ans après l’épuisement du Canada français, le vieux rêve national de « faire société » en Amérique du Nord reste la clef pour comprendre les pratiques collectives des minorités francophones du Canada. Le Canada français n’est plus une réalité historique, ni un espace sociopolitique. Mais il reste, dans la pratique de ces communautés, une trace de cette intention nationale, une mémoire vivante qui exprime le désir de faire société en continent américain. Les textes rassemblés dans cet ouvrage et regroupées en sept sections rendent compte de cette permanence.

La publication est présentée sous forme de chroniques; les textes qui la constituent ont en majorité été prononcés par Joseph Yvon Thériault lors de conférences publiques qui ont eu lieu depuis l’an 2000. Ils analysent le rapport au territoire, les transformations de l’identité, le déploiement du droit, la question scolaire et l’ouverture de ces communautés au Québec et à la francophonie internationale.

Observatoire des Diasporas

Observatoire des Diasporas

Bibliothèque virtuelle

Appels à communication

Abonnement infolettre

Bourses et concours

École d’été 2019

Suivez-nous:

CRIDAQ filigrane