La laïcité et le pluralisme culturel et religieux dans la société québécoise

Organisé par la Chaire de recherche du Canada sur la démocratie et la souveraineté (CRCDS) en collaboration avec le CRIDAQ.Ce colloque abordera la question de la laïcité et du pluralisme culturel et religieux à partir de différents axes d’analyse, afin de dégager des pistes de réflexion qui correspondent au débat public qui secoue le Québec depuis la mise sur pied de la commission Bouchard-Taylor. Il prendra la forme d’une série de conférences devant nous permettre d’avoir une meilleure connaissance des enjeux et propositions en cause.

Voici un avant-goût des grandes questions qu’il nous sera possible d’approfondir avec les conférenciers : Quelles sont les différences entre les notions de « laïcité pluraliste » et de « laïcité républicaine »? Quels sont les objectifs du cours d’éthique et culture religieuse? Quels liens peut-on faire entre la laïcité, le pluralisme et les identités nationales? Sur le plan du système scolaire québécois, comment se décline la diversité culturelle et religieuse?

Toutes les conférences auront lieu à l’Université du Québec à Chicoutimi, local P0-5000.

Horaire des conférences

Mardi le 29 mars de 19h00 à 20h30.

Conférencier : Gérard Bouchard

Titre : Éléments d’un régime de laïcité pour le Québec

Résumé :

Tout régime de laïcité repose sur l’agencement de quelques principes fondamentaux qu’il n’est pas aisé de concilier. En définitive, il revient à chaque société de concevoir entre ces principes un équilibre particulier qui soit adapté à ses traditions, sa culture, sa sensibilité, ses institutions. Un régime de laïcité est toujours historicisé, il n’existe pas de régime idéal, dans l’absolu. Sur cet arrière-plan, l’exposé présentera succinctement une proposition de régime de nature à réaliser à l’échelle des principes un accord qui soit approprié au contexte québécois.

Note biographique :

Gérard Bouchard est professeur au département des Sciences humaines de l’Université du Québec à Chicoutimi. Depuis février 2002, ces travaux comparés sur les imaginaires collectifs sont conduits dans le cadre d’une Chaire de recherche du Canada dont il est le titulaire. L’objectif principal est de reconstituer les structures de la pensée (en tant qu’alliage de raison et de mythe), tout en tenant compte des grandes coordonnées sociales qui leur sont associées en aval comme en amont. La question des mythes nationaux occupe une place centrale dans ces analyses. Il a co-présidé la Commission de consultation du Québec sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, 2007-2008 (avec Charles Taylor).

Mercredi le 30 mars de 9h30 à 11h00

Conférencier : Jacques Cherblanc

Titre :

Le programme d’éthique et de culture religieuse : quelle laïcité et pour qui?

Résumé :

Cette communication vise à situer le programme d’éthique et de culture religieuse (ECR) parmi les différentes conceptions de la laïcité qui se définissent actuellement au Québec. Par l’analyse du programme d’ECR – de son contenu, de ses finalités, mais aussi du contexte douloureux de sa mise en œuvre –, il sera ainsi possible d’apporter un éclairage différent sur le débat pluralisme-laïcisme, notamment dans ce qu’il véhicule de non-dits sur les transformations du nationalisme québécois contemporain.

Note biographique :

Jacques Cherblanc est professeur à l’Unité d’enseignement en études religieuses en éthique et en philosophie de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il est titulaire d’un Ph. D. en Sciences des religions (UQAM), d’un doctorat en Science politique (IEP de Bordeaux, France), d’une maîtrise et d’un DEA en Histoire (Lyon III, France). Son enseignement et ses recherches ont conduit à diverses publications, dont la direction d’un ouvrage publié aux PUL en 2010 (La formation à l’éthique et à la culture religieuse : un modèle d’implantation de programme). Il est actuellement responsable d’un projet de recherche-action provincial, financé par le MELS et portant sur la formation à la pratique du dialogue en Éthique et culture religieuse. Il est également directeur du Laboratoire d’expertise et de recherche en anthropologie rituelle et symbolique de l’UQAC (LERARS).

Mercredi le 30 mars de 13h30 à 15h00

Conférencier : François Rocher: art22]

Titre : Peut-on débattre du pluralisme et de la laïcité dans un contexte de crispation identitaire?

Résumé :

Cette présentation abordera la manière dont les enjeux de la diversité ethnoculturelle et de la laïcité sont débattus dans l’espace public québécois. Je défendrai l’idée selon laquelle la question du pluralisme, qui souscrit pourtant aux principes de réciprocité, de compromis et de respect mutuel, est débattue dans des termes qui ne font pas honneur aux idéaux défendus. Je porterai une attention particulière aux principes qui sous-tendent à la fois le Manifeste pour un Québec pluraliste’ et la Déclaration des intellectuels pour la laïcité, deux textes qui campent de manière éloquente les positions débattues dans l’espace public.

Note biographique :

François Rocher est professeur titulaire et directeur de l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Il fut aussi, pendant plus de quinze ans, professeur à l’Université Carleton où il a également dirigé l’École d’études canadiennes (School of Canadian Studies). Ses travaux portent sur les grandes problématiques qui sous-tendent la dynamique politique canadienne, notamment la question constitutionnelle, les rapports Québec-Canada, le fédéralisme canadien, les politiques de gestion de la diversité ethnoculturelle, et les manifestations sociopolitiques du nationalisme québécois.

Jeudi le 31 mars de 9h30 à 11h00

Conférencière : Marie McAndrew

Titre : L’adaptation à la diversité culturelle et religieuse en milieu scolaire : bilan et nouveaux défis

Résumé :

Les institutions scolaires francophones québécoises, et surtout montréalaises, traditionnellement homogènes, ont connu une transformation majeure depuis l’adoption de la Loi 101 en 1977. Dans le cadre de cette présentation, nous décrirons, dans un premier temps, les encadrements normatifs et les politiques balisant l’adaptation du système scolaire à la diversité culturelle et religieuse ainsi que les grands éléments du débat public à cet égard. Dans un deuxième temps, nous présenterons un aperçu du bilan et des défis émergents entre autres à travers la recherche portant sur les pratiques dans les écoles et dans les classes.

Note biographique :

Marie McAndrew est professeure titulaire au Département d’administration et fondements de l’éducation de l’Université de Montréal. Titulaire d’un doctorat en éducation comparée et en fondements de l’éducation, elle est spécialisée dans l’éducation des minorités et l’éducation interculturelle. Sa contribution dans ce domaine est significative, tant en ce qui concerne la recherche que le développement et l’évaluation des politiques. De 1989 à 1991, comme conseillère au Bureau des sous-ministres du Ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration du Québec, elle a été étroitement associée à l’élaboration et à la dissémination de l’Énoncé de politique en matière d’immigration et d’intégration Au Québec pour bâtir ensemble.

Jeudi le 31 mars de 13h30 à 15h00

Conférencier : Jocelyn Maclure

Titre : La laïcité et le défi du pluralisme

Résumé :

Malgré les formes très diverses du rapport entre le pouvoir politique et les religions d’un pays à l’autre, toutes les démocraties libérales doivent composer aujourd’hui avec le phénomène du pluralisme moral et religieux. Le défi, pour ces sociétés, est de favoriser l’exercice de la liberté de conscience de citoyens qui épousent des conceptions du monde et du bien diverses–parfois incompatibles–tout en les traitants de façon égale. Je soutiendrai que la laïcité doit aujourd’hui être pensée comme une forme de gouvernance permettant d’aménager de façon juste la diversité morale et religieuse des sociétés contemporaines. Après avoir exposé les principes constitutifs de la laïcité, je m’attarderai à l’opposition entre les conceptions libérale-pluralistes et républicaines de la laïcité. En terminant, je réfléchirai aux implications de la théorie normative de la laïcité défendue ici eu égard aux questions délicates du port de signes religieux par les agents de l’État et de la reconnaissance du patrimoine historique religieux des sociétés.

Note biographique :

Jocelyn Maclure est professeur agrégé à la Faculté de philosophie de l’Université Laval et co-titulaire de la Chaire La philosophie dans le monde actuel. Il enseigne la philosophie politique, l’éthique et la philosophie du droit. Ses travaux de recherche récents portent sur les conditions de la justice et de la coopération sociale dans les sociétés marquées par la diversité morale, religieuse et culturelle. Il a fait paraître, avec Charles Taylor, Laïcité et liberté de conscience (Boréal/La Découverte, 2010). Il a été analyste-expert pour la Commission Bouchard-Taylor en 2007-08.

Observatoire des Diasporas

Observatoire des Diasporas

Bibliothèque virtuelle

Appels à communication

Abonnement infolettre

Bourses et concours

École d’été 2019

Suivez-nous:

CRIDAQ filigrane