Dans le cadre des Midis des Nations : «Projet de complexe hydroélectrique sur la rivière Romaine : pourquoi des Innus s’y opposent-ils?»

Au cours des derniers mois, le projet de la Romaine a émergé comme source de débats non seulement sur la Côte-Nord mais dans l’ensemble du Québec. Au début du mois de mars, deux événements ont cristallisé l’attention des médias et du public : l’approbation du projet par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et la rencontre de groupes d’opposition avec le gouverneur de l’État de New York. Ces groupes se sont rendus à Albany afin de montrer que, au Québec comme aux États-Unis, tous ne trouvent pas que ‘hydroélectricité est une source d’énergie absolument verte.

Parmi ceux qui ont rencontré le gouverneur de l’État de New York, se trouvaient MM. Georges- Ernest Grégoire, chef des Innus de Uashat et de Mani-Utenam, et Rosario Pinette, négociateur pour ces deux communautés.

Pour quelles raisons ces deux communautés, contrairement à d’autres, s’opposent-elles à ce projet? Comment voient-elles le développement futur de leurs territoires? Au moment où le gouvernement de Jean Charest tente d’ébaucher son «Plan Nord», comment concilier des projets économiques qui, manifestement, ont des impacts sur les terres, les collectivités et la culture des Innus avec une vision à plus long terme et avec le respect des droits territoriaux des Premières Nations?

La série « Les midis des Nations » organisée conjointement par la Société Recherches amérindiennes au Québec et la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes de l’UQÀM a pour but de permettre à des leaders des Premières Nations d’exposer au public québécois les défis auxquels font face leurs communautés.

Observatoire des Diasporas

Observatoire des Diasporas

Bibliothèque virtuelle

Appels à communication

Abonnement infolettre

Bourses et concours

École d’été 2019

Suivez-nous:

CRIDAQ filigrane