Israel-Palestine and Power: on Exclusion, Diversity and Social Justice

25 mars 2019
Université du Québec à Montréal

Salon Orange, Pierre-Péladeau Center, 14h00, entrée gratuite, inscription recommandée, nombre de places limitées.

Atelier du CRIDAQ-UQAM, avec la participation de Rafeef Ziadah, University of London, de Yasmeen Abu-Laban, Canada Research Chair in the Politics of Citizenship and Human Rights Arts, University of Alberta, de Abigail Bakan, University of Toronto et de Dan Freeman-Maloy, Université du Québec à Montréal.

Veuillez noter que cette conférence se déroulera en anglais.

Résumé de la conférence

La crise perpétuelle sur “la question palestinienne”, discuté depuis des décennies aux Nations Unies, ne montre aucun signe de résolution. Elle demeure aussi dangereuse que jamais – et mérite une attention critique de la part des spécialistes.

La Palestine est devenue un cas paradigmatique de gestion institutionnelle et territoriale de la différence. Les “faits sur le terrain”, en Israël, comme les a décrits Ariel Sharon, ont brouillé la frontière entre la répartition inéquitable des ressources dans un territoire donné et les pratiques de guerre pure et simple. Dans quelle mesure cette évolution est-elle propre à la Palestine ; dans quelle mesure reflète-t-elle des tendances plus larges ?

De plus, depuis les débats aux Nations Unies, des années 1970 jusqu’à la Conférence mondiale sur le racisme de 2001 et au-delà, la question de la Palestine a également fonctionné sur un plan plus large, contribuant à définir certaines des approches mondiales les plus influentes de la diversité et de la différence, de la “race” et du racisme. L’évolution de la question palestinienne sur ce plan – y compris à l’époque de la prétendue “guerre contre le terrorisme” et du “choc des civilisations” – exige également une attention plus poussée.

Summary

The perpetual crisis that the United Nations has for decades discussed as “the Question of Palestine” shows no signs of resolution. It remains as dangerous as ever – and as deserving of critical scholarly attention.

Palestine has become a paradigmatic case of the institutional and territorial management of difference. Israel’s “facts on the ground,” as Ariel Sharon famously described them, have blurred the line between the inequitable distribution of resources in a given territory and practices of outright warfare. To what extent is this development unique to Palestine; to what extent does it reflect wider trends?

Moreover, from the UN debates of the 1970s to the 2001 World Conference on Racism and beyond, the Palestine question has also operated on a wider plane, helping to frame some of the most influential global approaches to diversity and difference, to “race” and racism. The evolution of the Palestine question on this plane – including in the age of the putative “War on Terror” and “Clash of Civilization” – also demands our study and scrutiny.

Observatoire des Diasporas

Observatoire des Diasporas

Bibliothèque virtuelle

Appels à communication

Abonnement infolettre

Bourses et concours

École d’été 2019

Suivez-nous:

CRIDAQ filigrane